Jacques Lacan, L’assassin Musicien de Benoît Jacquot


Document du mercredi 7 septembre 2011

par  P. Valas

 
JL

 
Publié dans le Nouvel Observateur, dans la rubrique OPINION page 594.

En-tête de l’article : L’auteur des Ecrits parle rarement de cinéma. Le film de Benoît Jacquot, que Jean-Louis Bory analyse ci-dessus, lui a donné envie de le faire .

Ce que j’admire, c’est de ne même pas avoir envie de relire le récit dont ce film se fonde : un roman inachevé de Dostoïevski dont c’est de la lecture de Safouan que Benoit Jacquot a pris l’idée. Pourtant j’irais a l’historiette, que tout le monde sait : a savoir que Dostoïevski c’est de la petite fille qu’il se tracassait je passe sur ce la sans discussion, puisque pour lui c’est un fantasme et même érotique.

Erotique d’habitude en effet, le fantasme fonde le vraisemblable, l’apparentement a la vérité.

Benoit Jacquot ayant du talent en fait le vrai tout court.

Car c’est en cela que consiste le talent : faire mouche. Ou que ce soit : ici le cinéma.

Son coup d’essai se distingue d’être coup de maitre. Je n’ai pas besoin pour dire cela d’une compétence technique. (Je m’en remets pour cela à d’autres dont je ne manque pas).

Que je sois touché par ce film, je suis capable de le savoir. Moi, le vulgaire, je suis juge. Sans appel.

On dit qu’un art est fait pour plaire : c’est sa définition, mais ca ne suffit pas au cinéma :il y faut être convaincant. En quoi il relaie le drame. Ce pour quoi l’économie des moyens s’impose : des moyens de convaincre. Qu’on me pardonne de faire le critique (que je ne suis pas).

C’est comme public que je tranche sur les chipotages.

Benoit Jacquot a gagne. Ce qui ne se fait pas tout seul.

D’abord il a fait le scenario.

Et puis il a choisi d’autres personnes dont le nom se lit sur le générique du film : il a su les choisir.

Anna Karina allait de soi. Mais il y en a d’autres : Gunnar Larsen, Joël Bion qui joue le héros lui doivent quelque chose. Bien d’autres acteurs dont un certain chef d’orchestre que j’ai trouve inoubliable. Que me pardonnent ceux que je ne nomme pas.

Je ne veux que rendre compte du travail de Benoit Jacquot tel que je l’ai apprécié.

Il a trouve la petite fille qu’il fallait : a lui de révéler comment. Mais il me l’a dit. Il l’a trouvée convaincante pour lui, la meilleure façon d’opérer pour ce qui convaincra tout le monde – quand on est douée.

Il faut dire que quand on est une petite fille, on joue , sans se forcer, ce qu’on est fait pour jouer : la passion. Mais pour que ca passe, il faut être douée. Douée surdouée, cela nécessite une rencontre. Tout ca ne suffit pas à faire un film.

Comme composition de la musique et des images, je le tiens, ce film fait, pour un chef-d’œuvre.

D’abord le cadrage des prises de vues : formidable. Même quand ca dure. C’est même ca le plus formidable : ca dure juste le temps qu’il faut. Faites-en l’expérience. Je vais trahir quelque chose : y eut-il un acteur à lire son rôle, il n’y a que ma femme a s’en être aperçu. Elle en connait un bout.

Je donne là l’occasion d’une recherche. Mais c’est si convaincant que vous oublierez de la faire.

Pour la musique Haydn et Mozart sont là vivants. Mais c’est le cubage de tout et sa vigueur qui vous frapperont.

Pour le jaspinage, le style de l’œuvre impose qu’on parle d’argent de la bonne façon, des boutiquiers comme il convient. Occasion de voir que ce qui tourmente l’artiste c’est de devenir boutiquier. Au point que c’est mieux qu’il le rate : ce a quoi le héros réussit.

Mais Benoit Jacquot brouille si bien la trace qui serait suspecte de psychanalytisme que vous ne vous apercevrez pas que le héros est tordu de la.

C’est le comble du convaincant que de ne pas permettre l’interprétation.

Le musicien enfin n’assassine que lui-même : mais ca vous échappera. Comment Benoit Jacquot arrivera-t-il à ce que son film prochain tienne le coup de celui-ci, je me le demande.

J. L.


Commentaires

Jacques Lacan, L’assassin Musicien de Benoît Jacquot
dimanche 13 mai 2012 à 09h58 - par  pharmaka

Il faut re-apprendre le francais. Vos phrases n’ont aucun sens… Cet article pedant n’est que du vent, de la masturbation. Personne n’y comprendra rien, car cette langue, n’est certe pas celle de Moliere. Bonne chance.

mardi 15 mai 2012 à 10h25 - par  G. Boyer.

La voix de Lacan s’est tue. Ni vous ni moi qui ne l’avons jamais entendue
nous ne l’entendrons jamais.
Restent « ECRITS », et des transcriptions. Presque tous nous avons marqué le pas à la première lecture.
Il n’y pas de traduction.
Alors certains n’y reviennent pas, qui veulent que tout le monde parle comme Molière, ou pas du tout (mais accéder à Molière, est-ce donné à tout le monde ?),
ou qui veulent payer autrement (par ex on peut acheter LACAN EN ANGLAIS c’est un détour comme un autre).

Ainsi Pharmaka vous êtes entré(e) dans cette lecture

  • par un texte où Lacan dit que "C’est le comble du convaincant que de ne pas permettre l’interprétation,
  • avec le pseudo Pharmaka : J. Derrida, partant du grec « Pharmakon », évoque « Réserve » comme étant un mot qui, presqu’oublié, est devenu une potentialité, en sommeil mais toujours puissante, un dépôt caché. Ses éléments en sont instables, plutôt menaçants, dont on peut craindre que, comme les « Pharmaka » grecs, ils empoisonnent.
    .Et toute parole serait travaillée par une « réserve » inconnue, un puits silencieux où sont gardés des secrets indéchiffrables, comme les « Pharmaka » grecs que la mise en réserve affaiblit.
    (www.dixa.net : index termes Jacques Derrida).
  • Phylaminte : « . vous voulez que toujours je l’aye à mon service . pour mettre incessamment mon oreille au supplice . rompre toute loi d’usage et de raison par un barbare amas de vices d’oraison, de mots estropiés, cousus par intervalles . »
  • Bélise : « . il est vrai que l’on sue à souffrir ses discours . »
  • Chrysale : « . pourvu qu’à la cuisine elle ne manque pas . (elle peut) en épluchant ses herbes accommoder mal les noms avec les verbes . je vis de bonne soupe et non de beau langage . »

Molière (L’école des femmes).

lundi 14 mai 2012 à 14h36 - par  gb

pas la lecture facile éventuellement pouura apprendre de ce qu il ne comprend

Navigation

Articles de la rubrique