Jacques Lacan, ÉNIGME, CITATION, INTERPRÉTATION et mi-dire.


Document du dimanche 28 octobre 2018

par  P. Valas

JPEG - 150.7 ko

ÉNIGME, CITATION, INTERPRÉTATION et mi-dire.

L’énigme, c’est l’énonciation, et débrouillez-vous pour l’énoncé.  

La citation, c’est : je pose l’énoncé…   

La citation, c’est : je pose l’énoncé et, pour le reste, c’est le solide appui que vous trouvez dans le nom de l’auteur dont je vous remets la charge.
Et c’est très bien ainsi.

Ça n’a rien du tout à faire avec le statut plus ou moins branlant de la fonction de l’auteur.   

Quand on cite Marx ou Freud — Ça n’est pas au hasard que j’ai choisi ces deux noms — c’est en fonction de la part prise à un discours par le lecteur supposé qu’on les cite.

La fonction de la citation : c’est qu’à sa façon c’est aussi un mi-dire.  

C’est là l’importance de la fonction de la citation : c’est qu’à sa façon c’est aussi un mi-dire.
C’est un énoncé dont on vous indique qu’il n’est recevable que pour autant que vous participez déjà à un certain discours, et un discours structuré du niveau des structures tout à fait fondamentales qui sont là au tableau (les 4 discours).
Vous remarquerez que c’est là le seul point vif — mais pouvais-je l’expliquer jusqu’à présent — qui fait que la citation, le fait qu’on cite ou non un auteur, peut avoir tout à fait au second degré une importance.
Je vais vous le faire comprendre — j’espère que vous ne prendrez pas ça mal — par quelque chose de tout à fait familier.
Supposez qu’au second temps on cite une phrase en indiquant de là où elle est, du nom de l’auteur, M. Ricœur par exemple.
Supposez qu’on cite la même et qu’on la mette sous mon nom, ça ne peut absolument pas, dans les deux cas, avoir le même sens.

Supposez qu’on cite M. Ricœur par exemple et la même et qu’on la mette sous mon nom, ça ne peut absolument pas, dans les deux cas, avoir le même sens.   

J’espère par là vous faire sentir ce qu’il en est de ce que j’appelle la citation .
Eh bien, ces deux registres, en tant précisément qu’ils participent du mi-dire, voilà ce qui donne le médium et si l’on peut dire l’éthique sous laquelle intervient l’interprétation.

L’interprétation est autant et à mi-part énigme.   

L’interprétation — ici ceux qui en usent s’en aperçoivent — l’interprétation est autant et à mi-part énigme, énigme autant que possible cueillie dans la trame du discours du psychanalysant, énigme que vous ne pouvez nullement compléter de vous-même,
l’interprète, que vous ne pouvez pas considérer comme aveu sans mentir, et citation d’autre part, à savoir pris dans le même texte que tel énoncé, tel énoncé lui qui peut passer pour aveu à seulement que vous le joignez à tout le contexte : vous faites appel là à celui qui en est l’auteur ».
JL, in L’envers de la psychanalyse, le 17 décembre 1969.


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique