Éric Didier, Moi, je laisse faire, je regarde les étincelles


Document du jeudi 19 janvier 2012

par  P. Valas

eric didier

 
1e conférence, extrait :

Faire une psychanalyse avec un enfant, c’est une drôle d’aventure, dans laquelle je vais essayer de vous emmener petit à petit.  

Mais avant de vous faire faire ce voyage avec moi au cœur de certaines cures d’enfants, je vais prendre un peu de temps pour tenter de vous dire comment et pourquoi je me suis pris de passion pour la pratique de la psychanalyse avec les enfants.

Je crois qu’à Paris nous sommes à peu près 3000 psychanalystes et que seulement quelques dizaines, peut-être même moins, d’hommes psychanalystes reçoivent des enfants chez eux. Comme si les enfants étaient l’affaire des femmes, ce qui n’est pas tout à fait vrai.

Si je suis venu ici, en Chine, c’est en partie à Michel Guibal de que je le dois.  

Sans les liens qu’il a noués de longue date avec le professeur Huo Datong, que je remercie de m’avoir invité, et avec la Chine, je ne serais sans doute pas là devant vous. Michel Guibal a un type de lien à la psychanalyse et à la parole, une façon saisissante de témoigner de ces rencontres capitales, celles qui l’ont fait autre. Ils n’hésitent pas à dire quels sont les rencontres qui l’ont changé radicalement. Et, après tout, une psychanalyse c’est une rencontre.

Avec Jiang Yu, qui se forment actuellement à la psychanalyse en France il a eu un intérêt pour mon livre « Paroles d’enfants à un psychanalyste », qu’ils ont pris la peine de traduire en y passant des semaines et des semaines.

J’ai fait la connaissance de Michel il y a 35 ans.

un jour j’ai reçu un coup de téléphone où il m’apprenait que mon petit frère l’avait agressé très violemment chez lui.

Il me disait : «  ton petit frère est très malade, prend soin de lui. »

Il n’avait fait appel ni à la police ni à la psychiatrie mais simplement la fraternité.  

Je vous donne un autre exemple de la qualité de cet homme : dans un congrès de psychanalyste, un jour un vagabond est entré très alcoolisé, ivre, et a commencé à faire beaucoup de bruit, à prendre la parole et pratiquement tous les psychanalystes ont voulu mettre l’intrus, l’étranger dérangeant, dehors.

Très spontanément, Michel Guibal est allé le chercher, lui a proposé de monter à la tribune et de dire ce qu’il avait à dire, puis de s’asseoir et d’écouter la suite du colloque.

L’homme est monté à la tribune, il a dit ce qu’il avait à dire ; personne n’a rien compris, puis Michel Guibal de lui a proposé de s’assoir et d’écouter les analystes.

C’est ce qui s’est passé.

Vous remarquerait que ce n’est pas glorieux pour nos psychanalystes, quand un étranger arrive, de vouloir le mettre à la porte, puisqu’en privé nous accueillons tous ce qui est étrangers pour le traité.

Dans l’ordre social, les analystes ne se conduisent pas mieux que n’importe qui et sont hélas bien souvent plus proche des nantis.  

Éric Didier, Moi, je laisse faire, je regarde les étincelles.
 

Table des matières  

Première conférence ……………………………………………………. 9

Qu’attend le petit d’homme pour sortir de la nuit ? ………… 13

Un œil de fer en guise de père ……………………………………. 14

Pourquoi je vois pas mes yeux ? ……………………………………. 18

Un lapsus et un rêve salvateurs ……………………………………. 21

Le tigre ne bondit qu’une fois ……………………………………… 24

Deuxième conférence …………………………………………………… 35

Travaille, travaille, travaille, mange, mange, mange …………. 35

De l’appauvrissement de la langue à la misère psychique … 37

Alors tu vas voir ton pingouin ? …………………………………… 42

Deux amoureux dans un champ de ruines ……………………. 46

Ils vont se débrouiller sans moi ……………………………………. 5l

Troisième conférence ……………………………………………………. 61

Entre Odyssée et chemin de croix, quelle vie ? ………………. 61

Sortir du chagrin ………………………………………………………. 63

Quand le prince charmant est une flaque d’eau ……………… 67

De presque rien à Me voilà ! ………………………………………. 70

Survivant mais beaucoup mourant ………………………………. 75

Quatrième conférence …………………………………………………. 87

Complètement idiot le docteur,il croit tout ce que je lui raconte …………………………………… 91

Se faire oublier puis Coucou me revoilà ! ………………………. 94

Raoul analysant contre Poutine, Bush et Mickjagger ……. 103

Cinquième conférence …………………………………………………. 107

Ecouter son corps changer …………………………………………. 108

Nous sommes le capitaine Achab et nous sommes la baleine blanche ………………………………………………………. 110

Le très angoissant désir de vie ……………………………………. 113

Le pari sur la psychanalyse, c’est celui de l’improvisation

et du dé-collage de la misère commune ………………………… 114

Notre errance ……………………………………………………………. 116

 
eric d
 


Commentaires

Éric Didier, Moi, je laisse faire, je regarde les étincelles
samedi 3 janvier 2015 à 13h24 - par  Olivier Douville

plaisir de retrouver trace du beau travail d’Eric Didier, témoignage aussi extrêmement précieux quant à la « tenue » de notre cher Michel Guibal, celui qui ouvre des seuils.

Navigation

Articles de la rubrique