Jean-Jacques Moscovitz, RÊver de réparer l’histoire…


Document du mercredi 8 juin 2016
Article mis à jour le 12 mai 2015
par  P. Valas

JPEG - 391.2 ko

Jean-Jacques Moscovitz, RÊver de réparer l’histoire…
Psychanalyse Cinéma Politique.
Le regard qui bat
Cinéma, image et psychanalyse.

Art du cinéma et psychanalyse se regardent et s’écoutent, nouant l’intime, le social, et le politique.
Jean-Jacques Moscovitz témoigne de cette rencontre à travers un ensemble de films- de Un chien andalou de Buñuel et Salvador Dali à A Dangerous Method de David Cronenberg en passant entre autres par Salo de Pasolini, Shoah de Lanzmann, The Memory of Justice de Marcel Ophuls.
Pour lui, les effets de tels films sur le spectateur évoquent les symptômes, les angoisses, les inhibitions que l’analysant donne à écouter sur le divan de son psychanalyste, tout en ouvrant sur le vacarme du monde.
Images de cinéma et paroles en séances gardent leur part de mystère grâce à la surprise et à la beauté des mots et et des images , quelles que soit la génération à laquelle on appartient. Art du cinéma et intelligence de l’approche psychanalytique enrichissent notre regard et notre écoute et laissent espérer quelque apaisement relatif à notre histoire intime, familiale et/ou collective en lien avec la grande Histoire. Psychanalyse et cinéma font œuvre émancipatrice pour le sujet et la société.

Docteur en médecine, de formation psychiatrique, formé comme psychanalyste à la Société Psychanalytique de Paris, puis membre de l’ex-École freudienne de Paris, Jean-Jacques Moscovitz est membre d’Espace analytique et membre fondateur de « Psychanalyse actuelle »(1986) et de l’association « Le regard qui bat ».

ÉRÈS, janvier 2015.

JPEG - 324 ko

Achevé d’imprimer
G.N. Impressions-31340 Villematier
Email : gnimapressions wanadoo.fr
Dépôt légal : janvier 2015
Imprimé en France


Navigation

Articles de la rubrique