Patrick Valas, le sinthome-elle, le sinthome-il.


Document du lundi 29 octobre 2018

par  P. Valas

JPEG - 141.4 ko   

LE SINTHOME-ELLE, LE SINTHOME-IL

Lacan a essayé d’en dire plus sur le symptôme, parce que dans cette façon de l’écrire on ne sait pas ce qui évoque la chute de quelque chose, « ptoma » voulant dire chute.

Par la cure analytique on peut lever le symptôme, ce qui ne veut pas dire en être débarrassé.  

Pourtant il y a des personnes qui guérissent de leur névrose ou de leur perversion, voire de leur psychose.
En effet dans la cure analytique on peut lever le symptôme, ce qui ne veut pas dire en être débarrassé.

Le sujet-supposé-savoir c’est quelqu’un qui sait, mais qui sait quoi ?   

Il sait le truc, c’est un truquage.
Soit un savoir-y-faire avec « lalangue », pour jouer de son cristal par l’interprétation de sorte que par le jeu sur le « non-sens » de l’équivoque, « les non-dupent-errent » ça peut se lire « les noms-du-père », les signifiants maitres (S1) auxquels le sujet est assujettit.

« les non-dupent-errent » ça peut se lire « les noms-du-père ».  

On saisit ici que c’est le même savoir mais que ça n’a pas le même sens.
C’est ce que dit Freud dans son texte Die Verneinung, on peut lever le refoulement pour parler de quelque chose, sans pour autant s’en affranchir.

Lacan propose alors d’écrire le terme trompeur « symptôme » sous son ancienne orthographe « sinthome ».   

Voilà pour le truquage en question dont il s’agit pour savoir-y-faire avec son sinthome en s’identifiant à lui, en s’en faisant la dupe, en y reconnaissant le principe de son aliénation au signifiant et non pas à l’autre, le semblable, mais à son plus prochain « l’extime » de la Chose.

Il n’y a pas d’équivalence entre « les noms du père » et « les non-dupes errent », c’est la raison pour laquelle ils sont liés par le même savoir (inconscient) même si leur sens sont différents.  

C’est exactement ce qui se passe avec le terme de sinthome, qui n’est pas une chute, ni une anomalie mais une solution pour le sujet, dans son rapport au désir de l’Autre et à sa jouissance spécifique, celle de son corps propre dans sa définition de
« substance jouissante ».

On peut considérer qu’il y a un « sinthome-il » et un sinthome-elle »(Lacan).  

Ils ne sont pas équivalents, si l’on reconnaît comme cela est patent que la jouissance féminine n’est pas équivalente à celle de l’homme puisqu’elle n’est pas-toute phallique, elle en a une supplémentaire - au-delà du phallus.

Homme et femme, ne sont que des signifiants, équivalents par leur différence absolue.   

On ne peut pas s’y reconnaître dans l’inconscient comme différent, comme « être sexué » parce que dans l’inconscient « il n’y a pas de nature anti-phallique ».

Le principe de l’équivalence, c’est qu’il n’y a pas de rapport sexuel.  

En revanche au niveau du sinthome (qui n’est pas l’inconscient, mais qui est noué à lui comme à une vis sans fin), il y a du rapport sexuel il est « intersinthomatique ».
C’est même tout ce qu’il en reste du rapport sexuel.
Dans ce cas on peut dire qu’il y a rapport et cela signifie que c’est du sinthome qu’est supporté l’autre sexe, et le sinthome c’est le sexe auquel je n’appartiens pas.

Le sinthome c’est le sexe auquel je n’appartiens pas.  

A chacune son chacun, et à chacun sa chacune qui ne sont pas équivalents.
Pour un homme une femme est un sinthome, il l’aime par hasard.
On ne peut pas dire la même chose pour une femme, donc :
Pour une femme un homme est un ravage… elle l’aime par accident.
Le choix de son identité sexuée, pour le sujet ne dépend pas de l’anatomie, ni seulement de son être signifiant, mais de son être de jouissance opaque, sinthomatique, parfaitement noué à son inconscient qui est le réel dont il est affligé.


Publications

Derniers articles publiés