De la perversion. Della perversione


Document du mardi 29 septembre 2009
Article mis à jour le 4 décembre 2009
par  P. Valas

klossoski
 

DE LA PERVERSION. DELLA PERVERSIONE


 

Le sexe mâle est le sexe faible au regard de la jouissance, c’est pourquoi il a l’apanage des grandes perversions. Ce texte est à la charnière des élaborations freudiennes de Lacan, à suivre…

Parce qu’il n’y a pas de normes sexuelles, mais des normes sociales, Freud a toujours été hanté par la perversion, d’autant plus que la cure psychanalytique n’est pas tellement la tasse de thé du sujet pervers, les données cliniques sont rares, on parle ici de perversion vraie et non pas des traits de perversion dans la névrose, ni la psychose. Freud va donc poursuivre l’élaboration du statut de la perversion jusqu’à la fin de son œuvre, qui s’achève au soir de sa vie en 1939 sur son dernier texte l’Ichspaltung, qu’il vaut mieux traduire par La division du sujet plutôt que par Le clivage du Moi.

Lacan va suivre cette voie. S’il est entré dans la psychanalyse par la psychose, il affirmera ne s’être intéressé à la psychanalyse qu’à cause de la perversion.

On peut suivre son élaboration de la structure des perversions dans le droit fil de Freud.

Après avoir décliné toutes les vertus de la perversion, à ne pas confondre avec la canaillerie qui ne l’a spécifie pas, si l’on admet que toujours homo homini lupus, Lacan va tirer un trait sans appel : « Il faudrait inventer une nouvelle perversion moins conne et moins stéréotypée que celle que nous connaissons ».

Reprochant à la psychanalyse son infécondité pour n’avoir pas su inventer une nouvelle perversion, il va s’engager dans la conceptualisation borroméenne de la Père-version, rendant hommage à James Joyce d’avoir su en produire une sans être passé par la psychanalyse.

Entretemps on est passé de l’inconscient structuré comme un langage (freudien) à l’inconscient réel (Lacan), du langage à lalangue, du symptôme au sinthome.

 
Le sinthome

 


 

RTF - 142.6 ko
De la perversion

 

RTF - 146.4 ko
Della perversione, cette traduction étant erronée, je renvoie au site http://www.lacan-con-freud.it de Moreno Manghi , qui sera désormais la référence pur toutes les traductions en Italien.

Commentaires

De la perversion. Della perversione
samedi 6 juillet 2013 à 10h06 - par  niacopawncal1972

Loyalty is incredibly crucial to getting a faithful shopper foundation. Opt for these types of companies that are available for free or in the kind of packages.
Web Systems

Logo de P. Valas
De la perversion. Della perversione
vendredi 30 avril 2010 à 08h19 - par  P. Valas

Sûrement votre site est un repère fondamentale de la psychanalyse, un
outil pour travailler, pour penser… Et en effet je viens de créer un
petit site http://www.lacan-con-freud.it où à trouvé sa place votre
écrit De la perversion ; malheureusement la traduction italienne, Della
perversione, est complètement ratée, ou pire encore : elle est
fréquemment inventée de toute pièce. Vous pouvez trouver
éventuellement une nouvelle traduction correcte (pdf et docx) ici :
http://www.lacan-con-freud.it/ar/va…
http://www.lacan-con-freud.it/ar/va…
(Maintenant je suis en train de traduire le Thesaurus Lacan : « Père
 »).

Cordialement, Moreno Manghi

Navigation

Articles de la rubrique