Patrick Valas, Je m’empêtre, tu t’empêtres, ils s’empressent, il pense être, il panse l’Etre….


Document du samedi 20 octobre 2018

par  P. Valas

JPEG - 46.9 ko
Selon Freud et Lacan, le sujet pris comme « parlêtre », ne peut pas se reconnaître dans « ce qu’il est, mais dans ce qu’il a ».
Soit :
- Un corps et nan-na Kun.
- Un nom propre.
- Une « historiole ».
- Un « Sinthome » qui borde le réel du trou de l’inconscient dont il est affligé, lequel ne sera jamais levé.
- Une jouissance spécifique du corps désormais parlant, parasitée par « lalangue », qui s’enracine profondément en lui, animant sa jouissance en la dénaturant.
- L’objet a, comme étant le noyau élaborable de la jouissance, causant son désir de sujet ($).