Jacques Lacan PREFACE A LA PIECE DE FRANK WEDEKIND : L’EVEIL DU PRINTEMPS

JPEG - 9.3 ko

Jacques Lacan 1974-09-01 PREFACE A LA PIECE DE FRANK WEDEKIND : L’EVEIL DU PRINTEMPS
Texte paru dans le programme du Festival d’automne, À propos de l’éveil du printemps, traduction de François Régnault, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1974, pp. 7-10.
(7)Ainsi un dramaturge aborde en 1891 l’affaire de ce qu’est pour les garçons, de faire l’amour avec les filles, marquant qu’ils n’y songeraient pas sans l’éveil de leurs rêves.
Remarquable d’être mis en scène comme tel : soit pour s’y démontrer ne pas être pour tous satisfaisant, jusqu’à avouer que si ça rate, c’est pour chacun.
Autant dire que c’est du jamais vu.
Mais orthodoxe quant à Freud, – j’entends : ce que Freud a dit.
Cela prouve du même coup que même un hanovrien (car j’en ai d’abord, il faut que je l’avoue, inféré que Wedekind était juif), que même un hanovrien, dis-je et n’est-ce pas beaucoup dire ?, est capable de s’en aviser.
De s’aviser qu’il y a un rapport du sens à la jouissance.
Que cette jouissance soit phallique, c’est l’expérience qui en répond.
Mais Wedekind, c’est une dramaturgie.
Quelle place lui donner ?
Le fait est que nos juifs (freudiens) s’y intéressent, on en trouvera l’attestation dans ce programme.
(8)Il faut dire que la famille Wedekind avait plutôt roulé sa bosse à travers le monde, participant d’une diaspora, celle-ci idéaliste : d’avoir dû quitter la terre mère pour échec d’une activité <<
« révolutionnaire ». <
Est-ce là ce qui fit à Wedekind, je parle de notre dramaturge, s’imaginer d’être de sang juif ?
Au moins son meilleur ami en témoigne-t-il.
Ou bien est-ce une affaire d’époque, puisque le dramaturge à la date que j’ai notée, anticipe Freud et largement ?
Puisqu’on peut dire qu’à ladite date, Freud cogite encore l’inconscient, et que pour l’expérience qui en instaure le régime, il ne l’aura pas même à sa mort mise encore sur ses pieds.
Ça devait me rester de le faire avant que quelque autre m’en relève (pas plus juif peut être que je ne le suis).
Que ce que Freud a repéré de ce qu’il appelle la sexualité, fasse trou dans le réel, c’est ce qui se touche de ce que personne ne s’en tirant bien, on ne s’en soucie pas plus.
C’est pourtant expérience à portée de tous.
Que la pudeur désigne : du privé.
Privé de quoi ?
justement de ce que le pubis n’aille qu’au public, où il s’affiche d’être l’objet d’une levée de voile.
Que le voile levé ne montre rien, voilà le principe de l’initiation (aux bonnes manières de la société, tout au moins).
J’ai indiqué le lien de tout cela au mystère du langage et au fait que ce soit à proposer l’énigme que se trouve le sens du sens.
Le sens du sens est qu’il se lie à la jouissance du garçon comme interdite.
Ce non pas certes pour interdire le rapport dit sexuel, mais pour le figer dans le non-rapport qu’il vaut dans le réel.
(9)Ainsi fait fonction de réel, ce qui se produit effectivement, le fantasme de la réalité ordinaire.
Par quoi se glisse dans le langage ce qu’il véhicule : l’idée de tout à quoi pourtant fait objection la moindre rencontre du réel.
Pas de langue qui ne s’en force, non sans en geindre de faire comme elle peut, à dire « sans exception » ou à se corser d’un numéral. Il n’y a que dans les nôtres, de langues, que ça roule bille en tête, le tout, – le tout et à toi, si j’ose dire.
Moritz, dans notre drame, parvient pourtant à s’excepter, en quoi Melchior le qualifie de fille.
Et il a bien raison : la fille n’est qu’une et veut le rester, ce qui dans le drame passe à l’as.
Reste qu’un homme se fait.
L’homme à se situer de l’Un-entre-autres, à s’entrer entre ses
semblables.
Moritz, à s’en excepter, s’exclut dans l’au-delà.
Il n’y a que là qu’il se compte : pas par hasard d’entre les morts, comme exclus du réel.
Que le drame l’y fasse survivre, pourquoi pas ?
si le héros y est mort d’avance.
C’est au royaume des morts que « les non-dupes errent », dirais-je d’un titre que j’illustrais.
Et c’est pour cela que je n’errerai pas plus longtemps à suivre à Vienne dans le groupe de Freud, les gens qui déchiffrent à l’envers les signes tracés par Wedekind en sa dramaturgie.
Sauf peut-être à les reprendre de ce que la reine pourrait bien n’être sans tête qu’à ce que le roi lui ait dérobé la paire normale, de têtes, qui lui reviendrait.
N’est-ce pas à les lui restituer (de supposer face cachée) que sert ici l’Homme dit masqué.
Celui-là, qui fait la fin du drame, et pas seulement du rôle que Wedekind lui réserve, de sauver Melchior des prises de Moritz, mais de ce que Wedekind le dédie à sa fiction, tenue pour nom propre.
(10)J’y lis pour moi ce que j’ai refusé expressément à ceux qui ne s’autorisent que de parler d’entre les morts : soit de leur dire que parmi les Noms-du-Père, il y a celui de l’Homme masqué.
Mais le Père en a tant et tant qu’il n’y en a pas Un qui lui convienne, sinon le Nom de Nom de Nom.
Pas de Nom qui soit son Nom-Propre, sinon le Nom comme .
Soit le semblant par excellence.
Et « l’Homme masqué » dit ça pas mal.
Car comment savoir ce qu’il est s’il est masqué, et ne porte-t-il pas masque de femme, ici l’acteur ?
Le masque seul ex-sisterait à la place de vide où je mets La femme.
En quoi je ne dis pas qu’il n’y ait pas de femmes.
La femme comme version du Père, ne se figurerait que de
Père-version.
Comment savoir si, comme le formule Robert Graves, le Père lui-même, notre père éternel à tous, n’est que Nom entre autres de la Déesse blanche, celle à son dire qui se perd dans la nuit des temps, à en être la Différente, l’Autre à jamais dans sa jouissance, – telles ces formes de l’infini dont nous ne commençons l’énumération qu’à savoir que c’est elle qui nous suspendra, nous.
Jacques Lacan, le 1er septembre 1974
_
Nationalité : France
Né(e) : 1938
Biographie :

François Regnault, né en 1938 à Paris, est agrégé de philosophie (premier de sa promotion, 1962) et maître de conférences au Département de psychanalyse de l’Université de Paris VIII. Comme son condisciple normalien Alain Badiou, il était un proche de Michel Foucault, Louis Althusser et Jacques Lacan.
Il a travaillé comme écrivain, traducteur et collaborateur artistique successivement avec Patrice Chéreau, puis Brigitte Jaques.
Avec elle, il fonde la Compagnie Pandora en 1976 et dirige le théâtre de la Commune / Pandora à Aubervilliers de 1991 à 1997.

Il a traduit L’éveil du printemps de Frank Wedekind pour Gallimard et publié divers articles ou essais sur le théâtre ou l’opéra (Beba, Le Seuil, Laffont).
En 1996, les éditions Théâtrales ont publié sa traduction de Peer Gynt. Enfin, en 1999, a paru, toujours aux éditions Théâtrales, Le Théâtre de Pandora, livre des spectacles présentés et réalisés par la Compagnie Pandora.


Articles publiés dans cette rubrique


Document du vendredi 20 novembre 2020

par  P. Valas

Frank Wedekind, L’éveil du printemps. Préface…

Frank Wedekind, L’éveil du printemps. Préface de J.Lacan
Texte paru dans le programme du Festival d’automne, À propos de l’éveil du printemps, traduction de François Régnault, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1974, pp. 7-10. (7)Ainsi un dramaturge aborde en 1891 l’affaire de ce qu’est pour les (...)


Document du mardi 3 mars 2020
Article mis à jour le 24 octobre 2020
par  P. Valas

Patrick Valas : Florilège de ce que Lacan pouvait adresser au bon soin de ses séminaristes .

Adressés par Lacan à ses « Séminaristes »


Document du mercredi 19 février 2020
Article mis à jour le 20 novembre 2020
par  P. Valas

Jacques Lacan : « D’une réforme dans son trou »

Paru sur le site Oedipe.org. Ce texte a été dactylographié à partir de la publication de l’image de l’original. Patrick Valas a présenté ce texte ainsi : « Le journal Le Monde avait sollicité Lacan pour avoir son avis sur la réforme universitaire, entreprise par E. Faure après l’émoi de 1968. Voilà donc la réponse qu’il fit et qui devait paraître le 3 février 1969. Son texte devait paraître à la rubrique Libres Opinions de ce journal, il ne fut jamais publié. Je le transmets ici comme Lacan voulait le présenter, en reproduisant la version dont je dispose à partir de la photocopie de l’original, annotée de sa main, qu’il m’avait confiée pour ce faire. Il y a sur la dactylographie de ce texte des annotations et des corrections de la main de Lacan, et curieusement celle-ci récurrente : à chaque fois qu’il écrit l’objet a il précise en marge qu’il faut le mettre en italique. ».


Document du samedi 14 décembre 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan : MOTIFS DU CRIME PARANOÏAQUE - LE CRIME DES SŒURS PAPIN

Jacques Lacan
ZIP à télécharger en format Pages le texte complet.
1933-12-12 MOTIFS DU CRIME PARANOÏAQUE - LE CRIME DES SŒURS PAPIN
Paru dans Le Minotaure, n° 3/4 – 1933-34, avec la mention : « Au docteur Georges Dumas, en respectueuse amitié », puis, dans Obliques, 1972, n° 2, pp. 100-103. Sera (...)


Document du mardi 3 décembre 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan : « Qu’est-ce, après tout, qu’une lettre ? »

FONDATION DE LA PSYCHANALYSE.
"Qu’est-ce, après tout, qu’une lettre ? Lucile Mons Comment une lettre peut-elle être volée ? A qui appartient-elle ?
Alice Lagrave A qui l’a envoyée, ou à qui elle est destinée ? Si vous dites qu’elle appartient à qui l’a envoyée, en quoi consiste le don d’une (...)


Document du dimanche 4 août 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan : 1978-01-08 INTERVENTION CONCLUSIVE AUX ASSISES DE L’E.F.P. à DEAUVILLE sur la Passe.

1978-01-08 INTERVENTION CONCLUSIVE AUX ASSISES DE L’E.F.P. à DEAUVILLE.
Assises de l’École freudienne de Paris : « L’expérience de la passe », Deauville. Parue dans les Lettres de l’école, 1978, n°23, pp. 180-181. […]
JACQUES LACAN – Il n’y a pas besoin d’être A.E. pour être passeur.
C’est une idée (...)


Document du mercredi 20 février 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan : conférence à Louvain, vidéo intégrale.

L’intégrale « vidéo » de Jacques Lacan à Louvain
https://www.youtube.com/watch++cs_INTERRO++v=-HB...


Document du mercredi 13 février 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan : l’inconscient c’est la politique…

Les Intellectuels :
Donc, j’ai parlé de maîtres-sots.
Ceci peut paraître impertinent, voire touché de quelque démesure. 
Je voudrais tout de même ici faire entendre ce dont, à mes yeux, il s’agit. Il fut un temps, déjà lointain, déjà passé, tout à fait au début de notre Société, souvenez-vous en, où (...)


Document du vendredi 18 janvier 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan 1973-02-04 EXCURSUS : Enfin, on s’égare un peu en tout ça.

Jacques Lacan 1973-02-04 EXCURSUS
Enfin, on s’égare un peu en tout ça. Ça veut dire que plutôt, enfin, je vous livre, comme ça, des aperçus du genre conversation familière, de façon à aérer un peu l’atmosphère.
Confondre émotion et affect, c’est tout à fait injustifié.
Affect, qu’est-ce que ça veut dire (...)


Document du mardi 15 janvier 2019

par  P. Valas

Jacques Lacan, il ne saurait y avoir une crise de la Psychanalyse,

Jacques Lacan, sur la crise de la Psychanalyse, entretien avec Emilia Granzotto (1974)
Emilio Granzotto.
On parle de plus en plus souvent de crise de la psychanalyse. Sigmund Freud, dit-on, est dépassé, la société moderne a découvert que son oeuvre ne saurait suffire pour comprendre l’homme, ni (...)


Document du samedi 8 décembre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, quelques remarques sur l’usage du noeud borroméen.

"De même le rapport est le même de ce qui est le cercle de gauche où se gîte le réel, par rapport au sens. C’est bien, c’est là que j’insiste, que j’ai insisté notamment lors de la conférence de presse, c’est qu’à nourrir le symptôme, le réel, de sens, on ne fait que lui donner continuité de subsistance. (...)


Document du samedi 1er décembre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan : Les sources de ce qu’on appelle, LE SENTIMENT ANTISÉMITE.

Les sources de ce qu’on appelle, LE SENTIMENT ANTISÉMITE.
L’engagement de l’homme qui parle, dans la chaîne du signifiant avec toutes ses conséquences, avec ce rejaillissement désormais fondamental, ce point élu que j’ai appelé tout à l’heure celui d’un rayonnement ultra-subjectif, cette fondation du (...)


Document du jeudi 29 novembre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan : « Que dois-je faire ? »

Jacques Lacan « Que dois-je faire ? »
"Je ne peux que reprendre la question comme tout le monde à me la poser pour moi. Et la réponse est simple. C’est ce que je fais, de ma pratique tirer l’éthique du Bien-dire, que j’ai déjà accentuée. Prenez-en de la graine, si vous croyez qu’en d’autres discours (...)


Document du dimanche 25 novembre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, "Un père n’a droit au respect que si…

"Un père n’a droit au respect, sinon à l’amour, que si le dit, le dit amour, le dit respect, est, vous n’allez pas en croire vos oreilles, père-versement orienté, c’est-à-dire fait d’une femme, objet petit a qui cause son désir.
Mais ce que c’te femme en petit a cueille, si je puis m’exprimer ainsi, n’a (...)


Document du samedi 3 novembre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, l’Imaginaire pris comme moyen, c’est là le fondement de la vraie place de l’amour.

Je pense qu’ici c’est-à-dire l’Imaginaire pris comme moyen, c’est là le fondement de la vraie place de l’amour.
Comment a pu se produire ce déplacement, après tout fécond, qui dans l’amour chrétien situe l’amour à la place — vous verrez à la fin pourquoi — à la place qui me semble être celle du désir ?
Ce (...)


Document du mercredi 31 octobre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, La mathématique fait référence à l’écrit…

"La mathématique fait référence à l’écrit, à l’écrit comme tel ; et la pensée mathématique, c’est le fait qu’on peut se représenter un écrit.
Quel est le lien, sinon le lieu, de la représentation de l’écrit ? Nous avons la suggestion que le Réel ne cesse pas de s’écrire. C’est bien par l’écriture que se produit (...)


Document du dimanche 28 octobre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, ÉNIGME, CITATION, INTERPRÉTATION et mi-dire.

ÉNIGME, CITATION, INTERPRÉTATION et mi-dire.
L’énigme, c’est l’énonciation, et débrouillez-vous pour l’énoncé.
La citation, c’est : je pose l’énoncé...
La citation, c’est : je pose l’énoncé et, pour le reste, c’est le solide appui que vous trouvez dans le nom de l’auteur dont je vous remets la charge. Et (...)


Document du samedi 27 octobre 2018

par  P. Valas

Jacques Lacan, remarques sur Freud et Marx

Marx et Freud le couplage...


Document du lundi 11 juin 2018
Article mis à jour le 14 août 2012
par  P. Valas

Jacques Lacan, de James Joyce comme symptôme

« Je ne m’attends pas à....à savoir que ce que je dise soit moins bête que tout le reste »(J Lacan, RSI, leçon du 10 décembre 1974.


Document du lundi 11 juin 2018
Article mis à jour le 21 novembre 2017
par  P. Valas

PASSE LACAN, morceaux choisis

PASSE, PASSANT, PASSEUR.
I)-...Il est vrai que des passeurs ont été très bien désignés. Je veux dire que c’était des gens sérieux, honnêtes, capables, menant des analyses propres, je les ai choisis parmi ceux-là, parmi les frais émoulus, ou encore en analyse, et ils ont reçu ceux qui eux-mêmes se (...)


Document du mercredi 1er février 2017
Article mis à jour le 8 juin 2015
par  P. Valas

Les video-minutes de Jacques Lacan

Morceaux choisis en petites vidéos


Document du mercredi 1er février 2017
Article mis à jour le 4 mai 2014
par  P. Valas

Jacques Lacan, RSI 1974-1975

Version française Staferla et version espagnole.


Document du mercredi 1er février 2017
Article mis à jour le 25 février 2020
par  P. Valas

Jacques Lacan La TROISIÈME à Rome 1/11/1974. Enregistrement Patrick Valas

Jacques-Alain Miller commente La troisième sur France-Culture à l’occasion du centenaire de la naissance de J.Lacan avril 2001.
Enregistrè par Patrick Valas


Document du mercredi 1er février 2017
Article mis à jour le 29 septembre 2011
par  P. Valas

J. Lacan , Le transfert dans sa disparité subjective,sa prétendue situation, ses excursions techniques

La célèbre transription Stécriture qui donne son nom d’origine au séminaire VIII (1961-1962)


Document du jeudi 14 janvier 2016

par  P. Valas

Leçons publiques du Docteur Lacan

à la Faculté Universitaire de Saint-Louis, Bruxelles, Les 9 et 10mars 1960 à 20h30 :
I. - Freud, concernant la morale, fait le poids correctement.
II. - La psychanalyse est-elle constituante pour une éthique qui serait celle que notre temps nécessite ?