Les coupeurs de tête.


Document du jeudi 11 octobre 2018
Article mis à jour le 12 mai 2010
par  P. Valas

BB
 

Je ne cherche pas à dégommer systématiquement M.Onfray, mais à m’adresser au public qu’il touche.

Qu’il ne se laisse pas embobiner.
 
diam
 

Aujourd’hui, il faut le dire tout net, ceux qui menacent la psychanalyse, ce sont moins ses détracteurs, que les psychanalystes eux-mêmes.

Aussi je m’appuie contre le livre de Onfray, comme on peut s’appuyer contre un mur de bêtises, et je continue à canarder les pratiques politiciennes sectaires de nombreuses « boutiques psychanalytiques ».

Elles ne sont, en effet, préoccupées que par la vente de leur soupe.

Oui il a des écoles et des groupes autoproclamées psychanalytiques qui attaquent avec des méthodes ordurières ceux qui contestent la psychanalyse.

Il est facile de les repérer. Ils se présentent comme des « coupeurs de têtes » (sic), et n’hésitent pas à évoquer sans honte pour les temps présents« La nuit des longs couteaux »(sic) pour fustiger leurs adversaires et même certains de leurs propres collègues.
 
math
 
Il y a aussi une autre façon pour eux de « terroriser » le chaland, qui est inacceptable : faire des interprétations sauvages.

Or, l’inconscient freudien, n’a de consistance que dans la cure psychanalytique, et l’interprétation ne peut être portée que dans le transfert, pour un sujet qui a son mot à dire sur sa pertinence, car elle à des effets, pour une partie, incalculables.

En dehors de la cure, on a raison de se désabonner de l’inconscient, pour mener sa vie comme on le veut et le peut, car l’inconscient est un savoir spécialement emmerdant, et même un chancre.

Lacan dans sa préface à l’édition anglaise du Séminaire XI (les 4 concepts…)
écrit :

Resterait que je dise une vérité. Ce n’est pas le cas. Ce n’est pas le cas : je rate. Il n’y a pas de vérité qui, à passer par l’attention,ne mente.
Ce qui n’empêche pas que l’on coure après
”.

On saisit là qu’il ne s’agit plus de la vérité comme structure de fiction (Rome 53), ni toute impossible à dire parce que les mots y manquent, donc elle ne pourrait que se mi-dire (Télévision 1974), mais d’une avancée nouvelle de Lacan, soit “La vérité menteuse” (1976).

Patrick Valas

Nombre de philosophes se croient une mission de vérité….
 
bascule