ANTONIO QUINET, La cité et ses maîtres fous.


Document du lundi 5 novembre 2018

par  P. Valas

JPEG - 1.6 Mo

LA CITÉ ET SES MAÎTRES FOUS  

La cité, qui symbolise notre civilisation, est structurée par des liens sociaux dont Lacan a forgé quatre modalités de discours où circulent les hommes et les femmes en tant qu’êtres de langage et de jouissance.
Il donne ainsi de nouveaux fondements aux métiers impossibles définis par Freud.
Éduquer, gouverner, analyser et faire désirer sont les liens par lesquels les parlêtres entrent dans la danse des discours.
Que se passe-t-il avec les psychotiques, ceux qui auparavant erraient dans la nef des fous ?
Ils sont hors-discours dit Lacan, ce qui ne les empêche pas, comme on le constate, de vivre dans la cité, de travailler, de vivre en famille, en d’autres termes de faire des tentatives plus ou moins réussies de participer aux liens sociaux.

Ils sont hors-discours.   

Ce livre aborde les psychoses à partir des prémisses avancées par Lacan, de ce qu’il a nommé le “champ de la jouissance” dit “champ lacanien”, tout en reprenant ses types clinique : schizophrénie et paranoïa.

Le champ de la jouissance que Lacan nomme le“champ lacanien.”  

À partir des concepts freudiens et des mathèmes lacaniens, je propose d’apporter une contribution à la clinique des psychoses en revenant aux textes fondateurs de la clinique psychiatrique pour dégager de nouvelles perspectives comme le mécanisme de la Verhaltung (rétention).

Ainsi, La cité et ses maîtres fous apporte une nouvelle orientation pour le traitement des psychoses aussi bien pour le psychanalyste que pour celui qui se sert du discours analytique.
Antonio Quinet

JPEG - 1.8 Mo


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique